Notre charte

Définition & objectif
S’inscrivant dans le mouvement citoyen international de la transition, Uccle en Transition est une association de fait ayant pour objectif de faire émerger sur la commune d’Uccle, de manière collective, conviviale et raisonnée, des réponses aux défis que posent et poseront dans les années à venir les crises climatique, écologique, économique et énergétique, en anticipant leurs effets, en renforçant la résilience locale et en développant une vision d’avenir pour la commune et ses habitant.e.s.

Canaux d’action
Les principaux canaux d’action envisagés pour tendre vers cet objectif sont les suivants :

  • Sensibilisation des publics aux enjeux et perspectives de la transition, notamment à travers l’action artistique ;
  • Consolidation ou recomposition du lien social dans les quartiers ;
  • Mise en place de mécanismes d’entraide et de solidarité ;
  • Conception d’alternatives économiques locales, durables, participatives et adaptées aux besoins du territoire ;
  • Renforcement de l’autonomie alimentaire et énergétique des habitant.e.s de la commune ;
  • Valorisation de la mobilité douce ;
  • Veille documentaire.

Acteurs de la transition
Contribuer à implanter et à déployer la transition à Uccle nécessite de nombreuses têtes et des compétences très variées. Par ailleurs, l’intégration en réseau d’initiatives allant dans ce sens est souhaitable, attendu que le partage d’expériences est riche d’enseignements et qu’un tel regroupement pourrait tantôt impacter positivement les activités des un(e)s et des autres (du point de vue de la mutualisation des moyens, de l’apport en informations, du retentissement publicitaire, par exemple), tantôt déboucher sur des actions collectives.

En conséquence, Uccle en Transition se propose de :

  • Faire émerger, parmi les habitant.e.s de la commune, des groupes de travail et d’action thématiques ;
  • Identifier et mettre en lien les acteurs associatifs et entreprises présents dans le périmètre de la commune œuvrant dans le sens d’un monde durable et équitable ;
  • Activer le partage avec les groupes de transition développés dans les autres communes bruxelloises et dans les communes voisines de Uccle.

Valeurs & principes

  • Une vision positive : élaborer une vision commune claire et attrayante du résultat souhaité est un principe de base du processus de transition. C’est cette vision qui déterminera les stratégies à mettre en place.
  • Inclusivité et ouverture : Uccle en Transition se conçoit comme un outil de rencontre et d’action pour tous les habitants de la commune. Le groupe s’efforcera de refléter le plus largement possible la diversité culturelle, économique, sociale et autre de la commune, et de diriger ses actions et sa communication vers tous.
  • Conscientisation : l’implantation du mouvement de la transition à Uccle procède des inquiétudes et interrogations suscités par des faits et des prospectives étayés par des données et des études scientifiques. Le site Internet du groupe renverra à des références qui, par leur nombre et leur origine, permettront au public de se documenter sur des questions telles que le pic pétrolier et la déplétion des ressources minières, les causes et manifestations du changement climatique, la dégradation des écosystèmes et de la biodiversité etc. La sensibilisation se fera dans le respect des opinions de chacun(e).
  • Des solutions crédibles et appropriées : si Uccle en Transition entend s’employer à rêver l’avenir de la commune, il le fera sur des bases pragmatiques et documentées, dans la perspective de mettre en oeuvre des solutions pertinentes eu égard aux spécificités locales. Pour ce faire, le groupe s’efforcera notamment de s’informer au mieux quant aux possibilités et aux limites des techniques et technologies liées aux énergies renouvelables et à l’agriculture urbaine durable.

Organisation
Uccle en Transition fonctionne sur la base de groupes de travail autonomes formés autour d’un projet pour une durée variable, décidée par ses participants. Tout membre du collectif est libre de prendre part à un ou plusieurs de ces groupes ; chacun a également le pouvoir d’en initier de nouveaux. Les groupes sont organisés horizontalement ; il n’y a pas de hiérarchie, la gouvernance est transversale.
Afin de garantir un minimum d’efficacité et d’éviter un épuisement généralisé, il importe qu’au sein d’un groupe, les tâches soient réparties de la manière la plus équitable possible :

  • Une personne est chargée de la rédaction d’un PV et le diffuse au groupe à l’issue de chaque réunion. Les PV peuvent éventuellement être rendus disponibles, sur demande, à d’autres personnes ;
  • Une personne assure l’animation de la réunion ;
  • chaque participant(e) s’engage à être régulièrement présent(e) aux réunions, à lire attentivement les différents comptes rendus et PV et à mettre ses compétences au service du groupe (partage des connaissances et des savoir-faire).

Un comité de facilitation, désigné par l’assemblée générale pour un an et dont le nombre de membres peut varier, assure la gestion administrative et financière de l’association, veille à la cohésion globale de l’action et à entretenir le lien entre les membres du collectif, notamment par l’organisation ponctuelle d’activités conviviales (pique-nique, découverte d’un quartier de la commune, sorties culturelles…) destinées à ceux-ci et à leurs proches. Lorsqu’un groupe de travail se dissout, soit parce que son projet a abouti, soit parce qu’il ne peut plus fonctionner faute de participants en nombre suffisant, il en informe le comité de facilitation.

L’assemblée générale a lieu au moins une fois par an. Elle est annoncée aux membres par le comité de facilitation au plus tard un mois avant la réunion. La qualité de membre s’acquiert sur signature de deux exemplaires de la charte, l’un étant conservé par le/la signataire, le second par un(e) membre choisi au sein du comité de facilitation. Elle se perd par renonciation faite verbalement ou par écrit auprès du ou des groupes auquel le/la membre participe ou sur constat d’inactivité durant un an accompli.

Principes de fonctionnement
Tant au niveau de groupes de travail que de celui du comité de facilitation, le processus décisionnel est inspiré des principes de la sociocratie (décision par consensus mutuel/consentement, double lien…) La façon dont nous collaborons, fonctionnons et réalisons nos projets est aussi importante que l’action en tant que telle.

  • L’égalité des membres : l’égalité entre les membres est totale : un(e) membre possède une et une seule voix.
  • Respect et non-violence : il est attendu de chacun(e) de se conformer aux principes de respect, de tolérance, d’acceptation et de considération envers les personnes, les groupes, les idées, … Les actes de violence, tant verbale que physique, les propos racistes, sectaires, sexistes ou discriminatoires ne sont pas acceptés.
  • Indépendance : Uccle en Transition est ouvert à toutes et à tous et est indépendant de toute organisation, confession, institution et de tout parti politique que ce soit. La collaboration avec ces instances peut être intéressante mais n’est pas indispensable.
  • La communication dans les groupes et entre les membres : la communication est basée sur les principes de circulation de la parole. Lors des discussions, il est important que chacun puisse s’exprimer. Le respect et le partage des expériences sont la norme.
  • Communication externe : les membres s’engagent à ne pas porter préjudice à Uccle en Transition et à respecter l’esprit de cette charte.
  • Conflits d’intérêts : Uccle en Transition ne peut être utilisé à des fins de promotion personnelle ou d’un organisme qu’il soit politique ou autre.
  • Non-respect de cette charte : tout non-respect de cette charte donnera lieu à une réunion des membres du comité de facilitation et éventuellement du groupe de travail concerné. C’est ce groupe (composé au moins des 2/3 des membres) qui prendra la décision qu’il jugera la plus pertinente pour Uccle en Transition.

En fonction de la pratique et des besoins du collectif, la présente charte est susceptible d’être révisée en assemblée générale.

(Charte adoptée par consensus lors de l’Assemblée générale du 04/02/2018)